Ma féminité.

Ma féminité. Elle est dedans et elle est en dehors. Ma féminité. Elle est partout et pourtant juste là à la fois. Ma féminité. Elle te regarde, elle t’obsède. Ma féminité. Tu t’en détaches. Ma féminité. Ça t’intéresse. Ma féminité. Elle te provoque. Ma féminité. Elle a forcément tort. Ma féminité. Elle n’est pas femme quand elle n’est pas comme toi. Ou pire, comme elle. Celle qu’on adule parce qu’elle n’a plus de poil sous les aisselles (tu remarqueras la rime). Ma féminité. Elle est honteuse parce qu’elle sort de chez elle sans se coiffer. Ma féminité. Elle se demande souvent si elle croisera quelqu’un et qu’elle regrettera de ne pas avoir pris le temps de se maquiller avant de sortir acheter sa baguette. Ma féminité. Elle a peur. Ma féminité. Elle le fait pour les autres. Et à la fois aussi surtout pour elle. Parce qu’elle a peur de ne plus être aimée. Ma féminité. Elle persiste à croire qu’elle ne vaut rien au naturel. Ma féminité est là depuis ma gestation. Ma féminité. Elle est née femme. Ma féminité. Elle n’a pas eu de choix éclairés et conscients. Ma féminité. Elle n’est pas libre. Ma féminité. Elle a été d’office associée à un sexe. Ma féminité. Elle ne s’imagine même pas qu’elle pourra un jour sortir de ce rôle. Ma féminité. Elle ne connaît pas d’autres modèles. Ma féminité. Elle a du poids dans la société. Ma féminité. Elle est conditionnée. Ma féminité. On lui a posé des étiquettes. Ma féminité. Laissez la tranquille. S’il vous plaît.